Nucléaire pour la santé

Chapeau: 
BASSE-NORMANDIE: UN ENVIRONNEMENT SCIENTIFIQUE, TECHNOLOGIQUE ET MEDICAL UNIQUE DANS LE DOMAINE DU NUCLEAIRE POUR LA SANTE

La Basse-Normandie est la seule région française qui dispose dans le domaine des sciences nucléaires de toute la chaîne de valeur des compétences, depuis la recherche fondamentale avec des équipements mondialement reconnus (CYCERON et GANIL) jusqu’à l’industrie en passant par des établissements de santé disposant de plateaux techniques de pointe (CHU, Centre de Lutte contre le Cancer François Baclesse).

Le plateau Nord de Caen regroupe des structures de recherche, de formation et de soins assurant un continuum entre la recherche technologique, préclinique, clinique et la formation.

 

I- Centres de soins contre le cancer

 

En Basse-Normandie, la médecine nucléaire est extrêmement performante avec notamment la présence du Centre Hospitalier Universitaire de Caen et du Centre de Lutte contre le Cancer François Baclesse (CLCCFB) qui ont une mission de soins, de recherche et d'enseignement. Ces centres sont reconnus comme des références en cancérologie au cœur des Cancéropôles Grand Ouest et Nord-Ouest. Dans le cadre d’un regroupement de coopération sanitaire, le CHU de Caen et le CLCCFB forment le Pôle régional du cancer. Le projet de création d’un plateau commun (Institut Régional de Cancérologie de Basse-Normandie) en fera un des principaux centres français en matière de soins, recherche, et formation.

 

II- Les acteurs de la recherche et de l’innovation

 

La recherche scientifique appliquée au domaine du nucléaire pour la santé repose en Basse-Normandie sur trois volets, étroitement liés, qui forment un continuum : 1° La recherche fondamentale (radiobiologie et physique nucléaire), 2° La recherche appliquée ou recherche clinique, 3° Le développement technologique.

 

La labellisation récente « Investissement d’Avenir » de 4 projets bas-normands dans le domaine de la médecine nucléaire confirme l’excellence régionale dans ce domaine : REC-HADRON, France HADRON, SynOrg, IRON.

 

Les plateformes au service de la recherche et de l’innovation

 

  • CYCERON

CYCERON est une plateforme d’imagerie médicale de pointe, sous l’égide d’un Groupement d’Intérêt Public (GIP), qui héberge une plateforme IBISA d’imagerie in vivo. CYCERON héberge dans ses 6 000 m2 de bâtiments, un ensemble unique de laboratoires et d’instruments : un cyclotron et des laboratoires de chimie et de radiochimie, dont une salle blanche pour la production de radio-pharmaceutiques, des laboratoires de biologie moléculaire et cellulaire, une animalerie et des installations de physiologie associées, deux caméras à positons de type TEP-CT, deux IRM à très haut champ (3 et 7 Teslas), un appareil de cartographie électro-encéphalographique.

 

  • IMOGERE

La structure IMOGERE, au sein de l'Université de Caen Basse-Normandie, offre des installations et des équipements adaptés à la mise en œuvre de divers radioéléments. Cette plateforme propose des prestations et des conseils en matière de radioprotection, de contrôle des sources radioactives et de contrôle des installations ; IMOGERE apporte des conseils en matière de gestion des déchets radioactifs et de stockage des radioéléments ; Le centre est également impliqué dans la formation autour de la radioprotection. Il propose notamment la Formation de la Personne Compétente en Radioprotection (PCR).

 

  • GANIL

Le Grand Accélérateur National d'Ions Lourds a été créé par deux organismes de recherche associés, à parts égales, pour sa construction et son fonctionnement : le CEA/DSM et le CNRS/IN2P3. Les domaines d’expérimentation s’étalent de la radiothérapie à la physique de l’atome et de son noyau, de la matière condensée à l’astrophysique. Des centaines d’expérimentateurs du monde entier viennent chaque année utiliser les faisceaux du GANIL. La plateforme CIRIL accueille ainsi les chercheurs en physique des matériaux. Le LARIA quant-à-lui a été créé au sein du CIRIL pour accueillir spécifiquement les biologistes souhaitant utiliser les faisceaux du GANIL pour des expériences de radiobiologie.

 

Avant la disponibilité des faisceaux du centre ARCHADE, le GANIL accueillera les chercheurs. Pour ce faire, le GANIL a intégré le projet France Hadron labellisé « Investissements d’Avenir » en tant qu’Infrastructure Nationale de Biologie et Santé. Ce projet collaboratif national a pour vocation de fédérer et coordonner la recherche en hadronthérapie. Des financements ont notamment pu permettre au GANIL d’adapter une de ses lignes de faisceau pour les expérimentateurs en hadronthérapie.

 

Par ailleurs, l’installation SPIRAL2(Système de production d'Ions Radioactifs en Ligne de 2ème génération), en cours de construction au GANIL, donnera à la France et à l’Europe une réelle avance technologique et scientifique. Cette installation utilisera des faisceaux radioactifs (exotiques) uniques au monde à des intensités extrêmement élevées. Lors de son lancement, Spiral2 sera l’accélérateur le plus puissant au monde. Il pourra notamment être utilisé pour étudier la production de radio-isotopes médicaux.

 

  • CURB

Le CURB est un service commun de l'Université, localisé sur le campus Jules HOROWITZ (plateforme du GANIL) et relié au centre CYCERON par un tunnel. Le CURB est une plateforme technologique de 1 000 m² conçue pour centraliser et répondre aux besoins de l'Université de Caen en termes de production, d'hébergement et d'expérimentation animale.

Ce service est une mise en commun de locaux, d'équipements lourds et de compétences au profit de l'ensemble des équipes existantes d'enseignement et de recherche publiques mais a vocation également à accueillir de nouvelles équipes émergentes pour des projets de recherche ponctuels et/ou privés.

 

Les laboratoires de recherche

 

BioTICLA, CERMN, CIMAP, EA4650, GREYC, LARIA, LPC, MILPAT, ISTCT, UMR-S 1077... Notre région dispose sur le plateau Nord de Caen d’installations et de laboratoires de recherche d’excellence portés par les grands organismes nationaux (CEA, CNRS, INSERM) ou régionaux (ENSICAEN, Université de Caen). Ce grand campus de recherche et d’innovation autour du GANIL et de la plateforme d’imagerie CYCERON regroupe des compétences à visibilité mondiale dans le domaine de la radiobiologie, de la radiopharmacie, de la radiochimie, de l’hadronthérapie, de la dosimétrie, de l’instrumentation, du contrôle de faisceau, de l’imagerie médicale et de l’analyse d’images, et de la radioprotection

 

Les entreprises

 

Adcis, CERAP, CMEG, Cyclopharma, Datexim, DCNS, ELDIM, EVAMED, IBA, Pantechnik, Piercan, Sominex... La Basse‐Normandie concentre sur son territoire un ensemble industriel exceptionnel qui couvre l'ensemble des métiers nécessaires à la création d'une filière industrielle (compétences en instrumentation et dosimétrie, développement et fabrication d’équipements pour les accélérateurs de particules, développement et fabrication de radiopharmaceutiques, analyse d’images, évaluation d’essais cliniques et radioprotection, activités d’ingénierie et de maintenance industrielles, industrie de la plasturgie, électronique et électrotechnique, voire démantèlement, avec un très grand retour d’expérience sur le travail sous rayonnement ionisant)

 

III- Les grands projets

 

ARCHADE

Une grande partie des acteurs bas-normands du nucléaire appliqué à la santé sont rassemblés autourd’un projet structurant qui vise à créer, à Caen, un Centre Européen de Ressources en Hadronthérapie: le projet ARCHADE.

Le projet ARCHADE comporte3 objectifs:

                - Créer sur le plateau Nord de Caen (6500 m² sur 1,3 ha)un Centre Européen de Recherche, Développement et Formation en Hadronthérapie avec un volet « traitement en protonthérapie » et un volet « recherche sur les ions carbone ».

                - Mettre au point et valider un prototype de cyclotron capable de délivrer des faisceaux de protons et d’ions carbone, destinés à un usage thérapeutique,

                - Développer une filière industrielle innovante en Basse-Normandie.

 

La Basse Normandie est la seule région qui dispose aujourd’hui de faisceaux d’ions carbone grâce au GANIL et qui disposera, avec ARCHADE, d’une machine pour le soin en protonthérapie et d’une machine en hadronthérapie carbone dédiée à la recherche en physique, radiobiologie et clinique en hadronthérapie. La présence de tous ces équipements exceptionnels réunis sur le plateau Nord de Caen est unique en Europe et apporte à la Basse-Normandie une singularité certaine.

Ce projet est un véritable marché émergent qui engendrera d’importantes retombées industrielles et économiques. L’objectif pour la région est donc de créer une filière industrielle innovante dont une composante majeure sera la construction en série de cyclotrons en série en Basse-Normandie afin de les commercialiser dans le monde entier. Ce projet industriel sera piloté par Normandy Hadronthérapie, consortium d’entreprises dont IBA, leader des cyclotrons à usage médical, et DCNS feront partie.

 

SPIRAL 2

 

SPIRAL2 (Système de Production d'Ions RAdioactifs en Ligne de 2ème génération) est un projet d'accélérateur linéaire de particules pour des études de physique nucléaire fondamentale et de recherches interdisciplinaires.

Cette installation, aussi grande que le GANIL actuel, produira des faisceaux uniques au monde. Le futur accélérateur linéaire SPIRAL2 accélèrera des noyaux radioactifs (exotiques) légers et lourds à des intensités extrêmement élevées. Ces faisceaux de particules inédits permettront d'explorer dès l’horizon 2015 de nouveaux radio-isotopes, mais aussi d’étudier de nouveaux modes de production de radioéléments pour la médecine nucléaire.

 

A titre d’exemples, l’accélérateur Spiral2 pourrait notamment permettre de fabriquer du molybdène 99 indispensable pour la production de technetium-99m (99mTc). Plus de 80% des examens médicaux en imagerie nucléaire utilisent du 99mTc, représentant environ 30 million d’examens par an. Aujourd’hui plus de 95 % du 99Mo indispensable à la fabrication de 99mTC est produit par 5 réacteurs “très âgés”. D’importantes recherches sont donc menées pour trouver une méthode alternative de production du Mo-99. L’installation Spiral2 pourrait bien être la solution à ce problème. En effet, en utilisant les faisceaux de neutrons rapides produits par Spiral2 il sera possible de fabriquer du Mo-99 à partir de Mo-100.

 

Parallèlement à cela, l’accélérateur Spiral 2 pourrait également permettre d’étudier la production de radioisotopes pour la médecine nucléaire tel que l’astate-211, émetteur alpha extrêmement important en radiothérapie. Cette synthèse serait possible notamment en irradiant une cible de Bismuth par un faisceau de 4He. Des discussions sont d’ores et déjà en cours avec la Pologne (Varsovie notamment) pour d’éventuelles coopérations sur l’étude de la production d’211At.

 

Création d’un nouveau Centre Hospitalier Universitaire et d’un nouveau pôle de formation santé

 

 

Le plateau Nord de Caen sera doté dès l’horizon 2014 d’un futur Pôle de Formation Santé. Ce nouveau pôle, en cours de construction, renfermera en un même site l’UFR de médecine, une bibliothèque de médecine et de pharmacie, l'école de sage-femme, le laboratoire d'anatomie, l'institut de formation en soins infirmiers et les locaux de la recherche pour le biomédical. Cette mutualisation des différentes filières de formations aux professions médicales sera unique en France. Ce Pôle de Formation Santé sera situé au cœur du plateau Nord de Caen, à deux pas du CHU, du CLCC François Baclesse, des équipes de recherche et des centres de formations. 

 

Le projet de reconstruction du CHU de Caen renforce l’excellence et la visibilité du Plateau Nord de Caen. Il s’agit d’une opération exceptionnelle par son ampleur puisque l’ensemble du CHU est concerné, et par sa plus-value puisqu’elle permettra d’intégrer les dernières innovations, qu’elles soient technologiques ou organisationnelles.

C'EST QUOI ?

Autour de leaders mondiaux comme AREVA, le CEA, le CNRS, EDF ou le GANIL, NUCLEOPOLIS fédère les compétences industrielles, de formation et de recherche disponibles en Basse-Normandie tout au long de la chaîne de valeur des sciences nucléaires dans les domaines de l’énergie, de la santé et de la maîtrise des risques.